SAINTE-MARGUERITE

Grillages, menuiserie en aluminium, activités de serrurerie, l’entreprise de 65 salariés, dont trois travaillent sur une antenne située à Nancy, s’inscrit dans le domaine des métalliers du bâtiment. « Créée en 1924 à Sainte-Marguerite, la société Laugel et Renouard était au départ sur une activité de grillage, puis elle s’est développée dans le bâtiment où elle s’occupe de la conception, de la fabrication et de la pose du matériel » , explique notre guide du jour, Amazir Mebarki, responsable qualité de la société Laugel.

La visite débute par le hall de livraison. La petite troupe d’une vingtaine de personnes se dirige ensuite vers le centre du hangar en prenant soin de suivre les bandes de sécurité. Différents secteurs y sont installés : « tôlerie pour le pliage et la découpe de tôle ; alu, pour les châssis, les portes verrières ; menuiserie-acier, même chose avec d’autres matériaux ; sans oublier le secteur serrurerie : tout ce qui est à base de tubes, de poteaux comme les escaliers, les garde-corps, les portails… » , détaille Amazir Mebarki qui souligne que la peinture a été externalisée pour une question de sécurité et de coût.

« Moins de chiffre d’affaires mais plus de bénéfices »

A l’extérieur, une zone contenant les produits finis abrite également l’unique camion de livraison de l’entreprise. « On ne fait pas d’exportation car le marché est déjà occupé par les Alsaciens et les Mosellans. La nouvelle Région va simplifier les choses au niveau administratif » , poursuit notre guide.

Et la crise ? « L’entreprise a dû réduire les effectifs pour des raisons d’efficacité économique en ne remplaçant pas les départs en retraite, mais il nous arrive quand même d’être au chômage technique. Ce n’est pas près de repartir, alors on s’accroche, on s’adapte. On fait moins de chiffre d’affaires qu’il y a quatre ans mais plus de bénéfices. Il y a 5 ans, le site a été modernisé avec l’arrivée de Damien Mamet, directeur général délégué. Certaines machines de l’atelier, ainsi que l’intégralité du centre administratif, ont été numérisés pour gagner du temps et de la précision. »

Côté projets : l’équipement de l’atelier de pose va être renouvelé, sans oublier l’instauration du Bim (Building information modeling), une méthode de travail qui permet la conception des bâtiments en 3D. « Nous avons travaillé sur La Nef et Aquanova à Saint-Dié. A Nancy, nous venons de terminer l’institut Jean Lamour et nous œuvrons actuellement sur Artem mais aussi le Palais de Justice de Strasbourg » , précise Amazir Mebarki.

La visite est suivie d’une réunion autour du thème des marchés publics animée par Karine Bernard, du service achats-marchés publics et juridiques de la CCI Lorraine.

Prochain rendez-vous : le 20 avril de 16 h à 19 h, à la Miroiterie de la Voge à Mont-lès-Neufchâteau.

Marion RIEGERT

Source : Vosges Matin